Editorial

Les blogueurs sont-ils des journalistes ?

journaliste-VS-blogueurBien que le sujet ait été abordé de nombreuses fois il nous semble intéressant d’en faire une synthèse ici. D’autant plus que le sujet est d’actualité suite aux événements entre les blogueurs et le Figaro.

Il émerge deux principaux aspects pour considérer ce parallèle. D’une part on peut constater que les blogueurs n’ont pas de carte de presse et n’ont pas les mêmes contraintes de travail que les journalistes, mais d’autre part la finalité de leur travail peut paraître similaire.

Quelques définitions (source Wikipedia)

Un journaliste est une personne dont l’activité professionnelle est le journalisme.
Cette activité peut se pratiquer sous différentes formes selon la fonction qu’occupe le journaliste. On parle de rédacteur pour le journaliste qui rédige des articles de presse, de reporter quand il rapporte des faits dans l’objectif d’informer le public, de chroniqueur ou de critique quand ses articles sont spécialisés dans un domaine particulier (dramatique, musical, d’art), d’éditorialiste (ou de billettiste) s’il doit mettre en avant son opinion ou celle de sa rédaction, etc.

Un blogueur est une personne utilisant internet comme un moyen de communication pour s’exprimer et diffuser de l’information sur différents sujets qui le passionnent.
Utilisant le texte, la photo, la vidéo, il remanie régulièrement les contenus de différentes sources provenant des médias traditionnels, des communautés en ligne, d’autres blogs et de sites à contenu.

Le quotidien du journaliste est rythmé par la lecture des dépêches AFP et des journaux concurrents, celui des blogueurs par la lecture des mails, twitt et flux RSS. S’ensuit un tri et une réécriture de l’information avec ou sans apport. Cependant il est trop réducteur de penser que les journalistes se limitent à ces sources, même s’il arrive que les blogueurs soient en avance sur les journalistes (notamment à cause de l’absence de contraintes de publication). Les journalistes entretiennent des relations privilégiées avec un réseau d’informateurs, ce que peu de blogueurs sont capables de faire.

On parle également de “Journaliste Citoyen”

“On désigne par cette appellation, les internautes qui fournissent aux sites d’information leur regard et leurs infos sous la forme d’articles, de vidéos ou de sons. Comme il faut pouvoir différencier le travail des journalistes professionnels (ceux qui ont suivi une formation, qui respectent des règles de déontologie, qui disposent d’une carte de presse, etc ) de celui des internautes, sans pour autant faire de jalousies, certaines têtes pensantes ont imaginé le terme de « journaliste citoyen ». Autant dire que cette appellation ne veut absolument rien dire et pose des questions de fond sur la perception que nous avons de la presse. […] Je suis également conscient que la qualité des médias n’est pas toujours à la hauteur de ce que l’on pourrait attendre en matière d’information, mais quoi qu’il en soit la différence existe belle et bien : un journaliste cherche ses informations, vérifie ses sources, les confronte pour apporter l’information la plus neutre possible” Arnaud Meunier

Notez que le sujet à été abordé dans Geekement Correct (émission du 26/03)

Photo : Photostock

ABONNEZ-VOUS à la mailing list, c'est GRATUIT !

Abonnez-vous à la mailing list et recevez plein d'infos intéressantes !

11 Comments

  1. Le processus de validation d’un article et, pour un journaliste “hors ligne” (qui écrit dans un journal papier donc :p), les délais d’impression et de livraison ne leur permettent pas toujours d’être aussi rapide qu’un blogueur.Ceci dit, je ne considère en aucun cas que les blogueurs ne sont pas sérieux ou ne vérifient pas leur sources. Certes certains traitent l’actu très (trop?) rapidement pour être les premiers à diffuser l’information, mais les journalistes font parfois de même. Pour “exemple” Anne Elisabeth Lemoine qui a pris Eric Dupin de Presse-Citron pour un blogueur politique. Et plus récemment Laurent Ruquier qui annonce en direct à la télé que Pascal Sevran est mort, suite à une confirmation passée sur Europe (et fondée sur des rumeurs venant du net)… Enfin tout cela pour dire qu’il y a des personnes sérieuses et d’autres moins sérieuses, qu’ils soient blogueurs ou journalistes.

  2. Une petite remarque 😉 Il faudrait peut-être différencier “journaliste” et “journaliste professionnel”…

    La carte de presse ne concerne que les journalistes professionnels, c’est à dire les gens dont plus de 50% des revenus proviennent d’une activité de journaliste au sein d’une entreprise de presse. (Il n’y a pas d’autre critère que ce critère économique pour obtenir – ou perdre !- une carte de presse.)

    L’activité de “journaliste tout court” est, quant à elle, totalement libre en France, accessible à tout le monde. Donc, est journaliste en France… celui qui le souhaite, et qui a envie de s’appeler comme ça. Il n’y a pas d’appellation d’origine contrôlée 😉

    Vu comme ça, on peut considérer que de nombreux blogueurs font du journalisme, et parfois même de l’excellent journalisme, du moment que ce qu’ils écrivent sur le blog représente un effort d’information de leurs lecteurs, quel que soit le thème de leur blog… Et puis, il y a d’autres blogueurs qui ont d’autres objectifs, plus personnels ou intimes, ou communautaires, ou encore purement commerciaux… Ces blogueurs-là ne font pas de journalisme 😉

  3. Narvic : effectivement, les pauvres tâcherons dont l’activité principale est de régurgiter du communiqué de presse, de quémander des goodies gratuits et d’essayer d’éviter d’être shitlisté par les agences de comm (je pense à un certain Ronan, mais ils sont nombreux), j’appellerai jamais ça des journalistes. 🙂

  4. (Sinon, le billet est ultra creux. Les blogueurs ne sont pas des journalistes, point. Il leur arrive de faire ce qui s’apparente à du journalisme, mais suis-je un cuisinier parce que je fais la cuisine chez moi ?)

  5. Il faut prendre en compte aussi les connotations derrière des termes de profession.

    Si tu es dans ta cuisine et que tu prépares à manger ;

    – Si quelqu’un te demande ce que tu fais tu vas lui répondre que tu cuisine

    – Si quelqu’un te demande si tu es un cuisinier, tu vas lui répondre non.

    C’est la même chose pour un bloggueur. Il peut avoir une démarche équivalente à la démarche journalistique mais ne pas s’attribuer ou se faire attribuer le titre de journaliste à cause des connotations et du poids autour de ce terme.

  6. Nombre de journalistes n’ont ni carte de presse, ni une préoccupation folle de déontologie, de vérification des sources, d’indépendance…

    Ce débat qui continue à comparer deux modèles de production d’information (l’expression individuelle sur internet et le journalisme) en n’utilisant les seuls référents socio-culturels du journalisme commence à être à la fois daté, ennuyeux et hors-sujet…

  7. Ping : Le jour de la Terre, la Palestine et autres blogues… - LeBuzz.info
  8. Comme il faut pouvoir différencier le travail des journalistes professionnels (ceux qui ont suivi une formation, qui respectent des règles de déontologie, qui disposent d’une carte de presse, etc . J’adore votre phrase car vraiment il y a des journalistes qui se disent professionnels mais qui n’ont pas ces critères. (y)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avant de partir

Abonnez-vous à la mailing list et recevez plein d'infos intéressantes !